Coup de coeur pour Dakar

Coup de coeur pour Dakar

10h00, le départ se confirme
11h00 nos billets sont pris
13h00 nous bouclons nos valises
16h00 départ de l’aéroport.

Quatre heures plus tard, nous voilà à Dakar, ma toute première fois sur le sol sénégalais.

Moussa nous attend dans la voiture, c’est lui qui va nous accompagner toute la semaine. Pendant le trajet vers l’hôtel, nous plissons les yeux pour essayer de distinguer Dakar, ses côtes et ses reliefs.

Il fait nuit, les rues sont calmes et vides, bien loin de l’effervescence permanente à laquelle Abidjan nous a habituées. Le silence nous entoure quand soudain, le centre ville et ses lumières se dévoilent. Je suis émerveillée.

Le lendemain, la capitale sénégalaise s’offre à notre regard sous un soleil qui serait écrasant sans les bourrasques de vent qui balayent régulièrement son littoral. Marie et moi allons de surprises en surprises.

Le front de mer est étonnant avec ses airs de promenades normandes – à condition de ne pas prendre en compte la (légère) différence climatique. Si nous n’avions pas d’autres priorités, une ballade à vélo ou à rollers serait bienvenue car tout est aménagé pour cela.

La corniche défile sous nos yeux et nous apercevons un grand nombre d’équipements sportifs accessibles gratuitement, et pour la plupart offerts par des investisseurs chinois. A la tombée du jour, les Dakarois s’y retrouvent pour s’entrainer. Sur la plage d’à côté, l’espace de jeux pour enfants parait presque plus calme.

Nous poursuivons notre exploration de la ville, à la recherche de jolis points de vue pour filmer les images qui illustreront notre reportage. Au détour d’une route qui redescend vers Dakar, nous découvrons une crique paradisiaque. Quelques pirogues amarrées dans une eau turquoise servent de plongeoir aux enfants qui profitent des derniers rayons du soleil.

Si je devais résumer Dakar, je dirais que c’est une ville apaisante, et le flegme légendaire des Sénégalais n’y est pas pour rien. L’ambiance semble plus détendue qu’à Abidjan que nous aimons pour sa folie. Ici, pas de cris, pas de klaxons même et surtout pendant les heures de pointe! On patiente et on avance.

Je comprends mieux désormais cet engouement pour Dakar comme lieu de détente. Entre ses paysages à couper le souffle, sa tranquillité et les multiples activités qu’offre cette ville, comment ne pas en faire une destination privilégiée de villégiature en Afrique de l’ouest?

© Auteur : Marie Demarque & Alice Villers / © Photos : Alice Villers